custom_avatar
Par le 11 Juillet 2012 - Blogue RSE

Dans une idéologie de développement durable, un des fondements de la mission que s’est donnée Boréalis, la gestion des parties prenantes occupe une place essentielle. Elle contribue de manière active à la réussite d’un projet extractif donné, notamment par la gestion des impacts sur la communauté. Gérées adéquatement, les relations entre parties prenantes (individus et/ou ménages, organisations, gouvernements) jouent un rôle déterminant dans l’exécution d’un projet, d’où la nécessit&eacu.te; de miser sur ce créneau et d’y développer des outils adaptés aux besoins de la clientèle.

Acceptabilité Sociale

Si la mise sur pied d’un système de gestion de l’information sociale s’avère cruciale pour le développement du travail sur le terrain, elle en constitue aussi la pierre angulaire sur laquelle repose l’acceptabilité sociale d’un projet. L’évaluation et le traitement ad hoc des données recueillies, ainsi que les liens établis entre les parties, en plus de contribuer au développement d’un projet, permettent d’éviter les conflits menaçants et d’atténuer les impacts négatifs d’ordre environnementaux et économiques.

Dès lors, l’implication des parties prenantes compte un bon nombre d’avantages. D’une part, elle consent à l’amélioration de la prise de décision et de la gestion des engagements pris par l’entreprise. D’autre part, elle admet une meilleure compréhension de l’influence des diverses acteurs sur le projet et entre eux-mêmes, dressant au passage un aperçu de l’acceptabilité du projet du point de vue des autres parties, extérieures à l’entreprise.

La multiplication des possibilités d’interactions amènera cependant la nécessité de créer un système permettant d’enregistrer les nombreuses données afin d’en faciliter le traitement. Le tout dans le but d’être en mesure de proposer une solution adaptée aux besoins du client rapidement.

Vers la cartographie des parties prenantes

Parmi les principaux enjeux soulevés figurent notamment la nécessité de mettre en place un système qui permet de cerner les multiples approches et d’établir une bonne stratégie en fonction des besoins identifiés. Or, la transition d’une approche réactive à une organisation proactive est l’élément-clé sur lequel repose l’existence de la cartographie des parties prenantes.

Afin d’illustrer les données recueillies et d’en faciliter l’analyse, la cartographie manuelle des parties prenantes est effectuée selon une thématique précise dans le cadre d’un processus intuitif effectué par les experts en gestion des parties prenantes. Une fois projetée, cette gestion peut ainsi en être simplifiée, alors qu’il est facile de classifier, notamment, les conflits et leur impact sur un ou plusieurs acteurs. Une intervention ciblée permettra alors de régler un problème ayant suscité de multiples plaintes Il sera aussi possible de vérifier l’évolution de la position d’une personne dans le temps.

La cartographie des parties prenantes s’emploie à mesurer le niveau d’influence des acteurs d’une communauté envers un projet donné. Elle permet ainsi de conceptualiser la dynamique sociale en mesurant les liens entre les parties et leur impact sur un thème précis d’un projet. La qualité et l’efficacité de son analyse sont directement liées aux personnes qui les réalisent; elles doivent posséder de bonnes connaissances des diverses parties impliquées, sans quoi la pertinence des résultats de l’analyse en sera diminuée.

Discussion