custom_avatar
Par le 3 octobre 2012 - Blogue RSE

« Les programmes d’investissement social représentent les contributions volontaires que font les entreprises aux communautés et aux sociétés dans lesquelles elles ont des activités. Généralement, ces programmes font des dons ou développent des compétences et des ressources au sein de communautés locales et d’institutions locales ou nationales. » IPIECA

L’investissement communautaire stratégique consis- te en : « Des contributions ou actions volontaires de la part d’entreprises pour aider les communautés des régions où elles mènent des activités à réaliser leurs priorités de développement et à profiter des possibilités créées par l’investissement privé – d’une manière qui soit durable et qui soutienne les objectifs d’affaires. » IFC

Qu’est-ce qui incite les entreprises à faire de l’investissement social?

Les entreprises sont de plus en plus conscientes de la nécessité de s’assurer que les communautés et les sociétés dans lesquelles elles mènent des activités tirent profit de leur présence. Pour ce faire, elles peuvent, entre autres, effectuer de l’investissement social dans le pays hôte et dans les communautés qui se trouvent près de leurs sites d’exploitation. Pour assurer que les investissements sociaux de l’entreprise soient optimisés, il est essentiel que l’approche stratégique adoptée place le souci du développement humain au centre du processus de prise de décision de l’entreprise.

L’investissement social ne constitue toutefois qu’une seule des pièces, bien qu’importante, du casse-tête que représente la contribution d’une entreprise au pays et aux communautés locales dans lesquels elle a des activités. La valeur ajoutée d’une entreprise prend plusieurs formes autres que celle de l’investissement social : paiement de taxes et de redevances au gouvernement, paiements aux actionnaires du pays, achat local, emploi local et versement de dédommagements.

Qu’est-ce qui fait une bonne stratégie d’investissement?

L’investissement social n’est pas un objectif en soi; son véritable but est de contribuer au bien-être général des parties prenantes touchées par les activités de l’entreprise. Comme les entreprises ne sont pas des organisations caritatives, leur façon de contribuer doit être liée à des considérations d’affaires et devrait assurer que les investissements bénéficient à la société tout en faisant en sorte que l’entreprise soit reconnue pour ses efforts et qu’elle conserve son permis social d’exploitation.

Pour atteindre ce but, une stratégie d’investissement social devrait être basée sur les principes fondamentaux suivants :

  • L’approche de l’entreprise doit être cohérente et doit reposer sur une compréhension commune des valeurs et des objectifs de l’entreprise;
  • La stratégie doit être basée sur l’engagement des parties prenantes pour s’assurer que les priorités d’investissement sont connues, qu’elles font l’objet de discussions, qu’elles sont établies d’un commun accord et que leur réalisation est surveillée;
  • L’effet des contributions doit être mesurable;
  • Afin d’éviter les tensions entre ceux qui en reçoivent et ceux qui n’en reçoivent pas, les profits doivent être distribués d’une façon jugée juste et transparente par les parties prenantes;
  • La stratégie d’investissement doit être liée stratégiquement aux objectifs généraux de l’entreprise et être basée sur une analyse du risque social;
  • La stratégie doit reposer sur l’avantage comparatif de l’entreprise et être intégrée à ses activités centrales;
  • Pour s’assurer que les investissements sociaux aient des effets durables, la stratégie doit comprendre un plan de sortie, ne doit pas offrir de services sociaux gratuits et doit proposer des investissements par le biais de partenariats.

Comment savoir si la stratégie fonctionne?

Comme pour n’importe quelle autre activité économique, la stratégie d’investissement social devrait être développée dans le but de favoriser une amélioration constante de l’utilisation des ressources disponibles. Des examens périodiques, impliquant les parties prenantes internes et externes, devraient être faits en tenant compte des processus de planification des affaires et devraient faire état des résultats de l’engagement et des exercices de contrôle et d’évaluation.

Des rapports périodiques devraient être produits conformément aux exigences de la réglementation et de l’entreprise en ce qui a trait aux rapports. De plus, ces rapports devraient comprendre les indicateurs du GRI (Global Reporting Initiative). Certaines entreprises font systématiquement le suivi de leur incidence sur le développement durable et embauchent des conseillers ou des instituts universitaires pour savoir comme leurs contributions influencent la vie des gens. D’autres mènent des enquêtes périodiques sur la perception pour évaluer les effets plus qualitatifs qui résultent des contributions pour le développement durable.

Pour répondre au besoin de mieux évaluer le rendement de l’investissement de certaines formes de contributions pour le développement durable (en particulier l’investissement communautaire), la SFI a développé un outil d’évaluation financière, le Financial Valuation Tool. Cet outil utilise les analyses traditionnelles des investissements pour présenter clairement des échelles de valeurs actualisées nettes pour le rendement des investissements en développement durable.

Discussion