custom_avatar
Par le 8 avril 2014 - Blogue RSE

Le suivi d’une étude d’impact environnemental et social (EIES) est essentiel pour déterminer les impacts d’un projet. Les données sociales de référence recueillies lors de la préparation d’une EIES ne sont cependant pas toujours utilisées pendant ou après l’exécution du projet : dans la plupart des cas, les données sont traitées comme un exercice statistique et ne sont donc pas utilisées après l’approbation de l’EIES, surtout lorsqu’il s’agit de données sociales. Les entreprises peuvent par contre exploiter ces données sociales comme fondement de leurs activités avec les parties prenantes.

Le suivi d’une EIES comprend l’évaluation, la gestion et la communication des impacts possibles du projet sur les secteurs social et environnemental.

  • La surveillance comprend les données de référence et la collecte de données pendant et après la mise en œuvre du projet.
  • L’évaluation est l’examen des prévisions et de la performance.
  • La gestion consiste à prendre des décisions et à coordonner les efforts selon l’information collectée dans les étapes précédentes.
  • La communication est la transmission d’informations sur l’avancement de l’EIES aux parties prenantes.

Pour plusieurs projets extractifs, l’engagement avec les parties prenantes est souvent l’un des points à améliorer. Il peut toutefois s’avérer avantageux, tant pour les équipes de ces projets que pour les communautés locales, de bien gérer les échanges avec ces groupes. Les données concernant la gestion des parties prenantes ne devraient pas seulement être considérées lors de l’élaboration des plans et lors de la construction d’un projet. Elles devraient être utilisées dans toutes les phases d’un projet; les opérations, le déclassement et la fermeture ne doivent donc pas négliger ces données.

Par exemple, les données sociales des enquêtes de référence sont utiles pour comprendre l’influence et le rôle des différents intervenants tout au long du cycle de vie d’un projet. Les données sociales de l’EIES devraient aider à :

  1. Identifier les parties prenantes du projet pour mieux comprendre leurs préoccupations;
  2. Enregistrer les interactions avec les parties prenantes : consultations, réunions formelles/informelles, etc.;
  3. Identifier les problèmes avant qu’ils ne se transforment en plaintes;
  4. Mettre en œuvre un processus de gestion des plaintes adapté selon les meilleures pratiques;
  5. Enregistrer et consolider l’ensemble des engagements pris lors du déroulement d’un projet.

L’implémentation d’un système de gestion de l’information (SGI) permet aux entreprises de gérer, d’évaluer et de faire des comptes rendus à toutes les phases du projet. Ce type de système peut considérablement les aider à jongler avec de grandes quantités de données et à suivre efficacement différents types d’activités. Le SGI devrait soutenir les efforts des entreprises dans la gestion de leurs activités d’engagement avec les parties prenantes en agrégeant toutes les informations dans une base de données centralisée, en générant des rapports et en envoyant des alertes aux utilisateurs lorsque certaines activités arrivent aux dates d’échéances par exemple.

Le fait de comprendre que les données sociales peuvent être utilisées pour les suivis de l’EIES ou encore pour des activités d’engagement avec les parties prenantes aura un impact sur la conception des enquêtes d’EIES: cela permettra de réduire les efforts futurs et donc les coûts. L’utilisation et la mise à jour des données recueillies aideront les gestionnaires à enregistrer leurs engagements et à utiliser adéquatement leurs ressources.

Les données et le SGI doivent s’harmoniser aux meilleures pratiques et devraient par le fait même être fondés sur des méthodologies bien définies pour surveiller, évaluer, gérer et communiquer. Toutes activités en liens avec les activités d’engagement avec les parties prenantes (l’identification, l’analyse, les consultations formelles ou informelles, le processus de négociations, l’implantation d’un mécanisme de gestion des plaintes et les rapports) devraient être gérées avec un système efficace de gestion de données. Les données sociales peuvent également être utilisées pour l’enregistrement des relations avec les parties prenantes, des intérêts de ces dernières ainsi que de leur niveau de soutien. D’autres données peuvent toutefois servir à améliorer les processus opérationnels et décisionnels et à assurer la responsabilisation et la transparence.

Le système devrait : être adapté à l’évolution des besoins et des activités; contrôler et signaler les exigences et intégrer d’autres informations pertinentes. Il doit être utilisé comme outil de décision et de gestion afin de faire preuve de transparence envers les parties prenantes.

Des critères clairs et des indicateurs clés de performance sont essentiels afin de développer des systèmes performants et des outils d’évaluation, comme les rapports. Ces derniers doivent être définis et convenus dès le début d’un projet.

Les systèmes implémentés servant d’instrument de gestion sont utilisés comme :

  1. Un outil de décision et de gestion d’activités et d’interactions;
  2. Des processus normalisés dans un projet et/ou pour une organisation;
  3. Une fondation pour transformer les activités de réactivité en activités proactives;
  4. Un moyen de faire preuve de transparence envers les parties prenantes et lors d’évaluations ou d’audits.

Conclusion

La conception de l’étude d’impact social et la collecte de données durant la préparation d’une EIES doivent être planifiées dès le début d’un projet dans le but d’être utilisées comme base pour le suivi des engagements avec les parties prenantes et même pour l’évaluation, la gestion et la communication tout au long du cycle de vie d’un projet. Des ressources suffisantes devraient être fournies; le temps, le personnel et la capacité de réalisation doivent être planifiés de manière appropriée. Les suivis doivent être rentables, efficaces et réalistes.
L’implémentation d’un SGI est un moyen efficace de gérer une grande quantité de données et de surveiller un éventail d’activités efficacement. Le SGI devrait d’une part rassembler l’information collectée lors de la préparation de l’EIES et d’autre part être amélioré et mis à jour durant toutes les phases du projet.

Discussion