custom_avatar
Par le 26 juillet 2017 - Blogue RSE

Parlons de changement pour un instant. La majorité d’entre nous serait probablement d’accord pour dire que le changement est une bonne chose, n’est-ce pas?

Sauf lorsque celui-ci se présente chez nous, bien entendu!

Dans ce cas, il est facile de se fier au bon vieux mantra « si ce n’est pas brisé, on n’a pas à le réparer ». Bien que cette attitude fonctionne relativement bien pour certains items comme les appareils ménagers, c’est différent lorsqu’on souhaite survivre dans un monde d’affaires où la concurrence est féroce. D’ailleurs, une règle d’or y règne en maitre :

Impossible de progresser pour celui qui n’est pas en constante amélioration.

Et soyez avisés, il est certain que votre compétition mise sur le progrès.

Ainsi, il faut se rendre à l’évidence : toute organisation qui souhaite progresser doit accepter le changement.

Ce qui inclut l’évolution des logiciels et des processus. Même d’une perspective budgétaire, il est trop risqué d’attendre que quelque chose soit véritablement brisé pour le réparer, car c’est à ce moment précis que le chronomètre de dommage s’enclenche.

Concrètement, comment ça s’applique au logiciel de gestion des parties prenantes? Notre équipe est constamment étonnée du nombre d’organisations aux projets avec des enjeux considérables qui tentent coûte que coûte d’utiliser un outil de gestion de la relation client (CRM) pour leurs efforts d’engagement des parties prenantes, simplement parce que c’est avec ça qu’elles ont commencé il y a plusieurs années. Conscientes que leur système actuel ne répond pas – et ne répondra jamais – à 100% de leurs besoins, elles rejettent quand même l’idée du changement, car « ce sera trop compliqué » sans même comprendre les autres alternatives disponibles sur le marché.

Ceci étant dit, si vous avez soigneusement analysé le détail de vos besoins actuels et à venir et exploré les options disponibles sur le marché, pour en venir à la conclusion qu’un logiciel de GRC fortement modifié est ce qu’il y a de mieux pour votre organisation malgré tous les compris que vous devrez faire, que la chance soit avec vous.

Mais si vous n’avez pas complété cette analyse et que vous restez accrochés à votre solution « qui n’est pas merveilleuse, mais qui permet d’effectuer une partie du travail », le moment est peut-être venu de prendre du recul et d’évaluer si votre peur du changement ralentit peut-être vos résultats (et votre organisation).

Parce qu’il faut se l’admettre : en bout de ligne, le changement est vecteur de peur et d’inconfort.

La peur que le changement ne soit pas un succès

La peur que ce soit trop long

La peur que ce soit trop compliqué

La peur que ce soit trop cher

La peur que les résultats escomptés ne soient pas atteints

Toute cette peur liée au changement est souvent due à une incompréhension.

Par exemple, si je vous dis qu’il existe un logiciel puissant pour la gestion des parties prenantes qui peut répondre à plus de 80% de vos besoins clé en main, dont l’implantation et la formation sont simples et rapides et que celui-ci simplifierait considérablement votre quotidien, est-ce que ça n’atténuerait pas vos peurs liées au changement?

Lorsqu’on parle de gestion des parties prenantes, vaut mieux prendre une approche proactive et être vecteur de changement plutôt que de prendre une décision précipitée qui aura des répercussions à long terme pour votre organisation. Votre logiciel de gestion des parties prenantes n’y fait pas exception.

Si votre organisation pouvait mieux gérer ses parties prenantes (et en toute honnêteté, la majorité des organisations pourraient), ne laissez pas la peur ou la complaisance vous empêcher d’au moins comprendre les autres options qui s’offrent à vous. Il ne faut pas avoir peur d’évaluer d’un œil critique la valeur que vous tirez de votre approche actuelle.

Votre logiciel de gestion des parties prenantes vous permet-il de faire tout ce que vous avez besoin? Par exemple, celui-ci offre-t-il :

  • Des tableaux de bord de gestion et des cartes d’analyse avec des résultats tangibles et exploitables?
  • La configuration aux niveaux corporatif et par sites au sein d’une même application?
  • Des gabarits de rapports automatiques et flexibles configurés à différents niveaux (par service, gestion des sites, gestion corporative, haute direction)?
  • Des fonctionnalités qui vous permettent de sauver du temps, comme l’intégration des courriels dans l’application pour créer des parties prenantes, des engagements, des enjeux et des plaintes?
  • Une amélioration constante incluant des nouvelles fonctionnalités pour minimiser vos efforts de saisie de données, de qualité et de traitement des données, comme l’intégration complète avec votre outil GRC existant, le traitement automatisé des courriels pour identifier les parties prenantes clés et soulever les enjeux émergents?
  • La prise en compte de l’évolution de vos besoins dans le développement du produit?
  • Un service à la clientèle et un soutien technique dédiés aux défis d’engagement des parties prenantes auxquels vous faites face?

La connaissance offre puissance et autonomie. Fondez vos décisions sur votre connaissance, plutôt que sur la peur ou la complaisance. Ainsi, le bon choix deviendra une évidence.

À propos de Patrick Grégoire
While working on a major pipeline in 1998 Patrick had the creative epiphany which led to the establishment of Boréalis. Companies were just starting to consider community and social risk as part of the execution of their projects - and the implementation of international social impact programs was still in its nascent stage. Six years later, Boréalis was born and rapidly grew into a leader in the Social Performance marketplace. Implementation of the Boréalis solution with global players in the natural resources arena validated Patrick's vision for success. For the past two decades, he has continued his leadership role in major infrastructure initiatives around the world - including pipelines, transmission lines, hydro-power, mines, oil fields, wind power, roads, port, and railway projects.

Discussion