Soyons francs : peu de consommateurs croient les opérations des multinationales soient dans le meilleur intérêt de la société. Pourtant, la majorité des consommateurs s’attend à ce que ces entreprises fassent partie de la solution. C’est d’ailleurs à ce moment que les règlementations gouvernementales entrent normalement en jeu.

 

Bien au-delà de l’obtention du soutien des parties prenantes externes comme les consommateurs et les gouvernements, les multinationales doivent aussi satisfaire leurs parties prenantes internes. Ceci peut être concrétisé via des programmes de sensibilisation auprès des communautés, des campagnes de suivi des enjeux et en façonnant les politiques d’ordre public.

 

Comment les politiques d’ordre public peuvent-elles avoir un impact sur vos résultats?

Entre autres, les politiques d’ordre public – ou la charge réglementaire – peuvent influencer divers éléments comme le design du produit, les coûts et la disponibilité, et même les décisions d’achat des consommateurs. Il devient donc inévitable pour les gestionnaires corporatifs d’arriver au questionnement suivant : « Quelle notre niveau d’efficacité pour influencer les politiques d’ordre public ou les réglementations? » Il s’agit ici d’une question difficile mais vitale à laquelle les équipes d’affaires publiques doivent répondre. Formuler cette réponse en valeur monétaire peut être encore plus ardu.

 

Boréalis a récemment été approchée par un détaillant de meubles global qui a su se bâtir une excellente cote d’estime auprès de sa clientèle en démocratisant le mobilier, tout en faisant la promotion de son engagement profond pour la responsabilité sociale et environnementale. En sachant que cette image durement gagnée pourrait être directement renforcée ou affaiblie par les politiques d’ordre public, la compagnie a décidé d’adopter une approche plus structurée pour permettre à son équipe d’affaires publiques d’atteindre ces 3 objectifs clés :

 

  1. Établir des relations à long-terme avec les responsables des politiques publiques
  2. Influencer ces politiques d’une perspective client
  3. Solidifier son image de marque en agissant comme partenaire de confiance pour le dialogue public

 

L’entreprise souhaitait aussi réviser son approche pour la gestion de ses interactions avec ses parties prenantes à travers le monde. Cette information n’était stockée que localement, ce qui voulait dire que sa distribution, préservation et disponibilité étaient toutes hétérogènes. La compagnie souhaitait trouver un outil technologique pour permettre à son équipe d’affaires publiques de travailler de façon plus efficace et de livrer plus de qualité pour l’organisation. Tout aussi important : elle voulait être capable de mesurer de façon claire la portée et l’impact de ses activités.

 

Le logiciel de Boréalis pour la gestion des affaires publiques offre à l’équipe une plateforme centralisée pour faire tout ceci, et plus encore – incluant des rapports avec les bonnes données auprès des bonnes parties prenantes, en temps réel.

 

Tout aussi important : le logiciel de Boréalis offre l’accès facile à aux données brutes dont l’équipe a besoin pour démontrer comment elle facilite l’atteinte d’objectifs financiers corporatifs – en valeur monétaire.

télécharger processus gestion parties prenantes

Oui, les activités sociales comme les relations avec les parties prenantes peuvent être monnayées

Avant que vous n’argumentiez que la transformation d’activités intangibles – comme le travail avec les ONG, l’établissement de commissions consultatives communautaires ou la création d’une campagne populaire – en nombres est un exercice futile, considérez ceci : certains des sujets principaux lors de la conférence State & Local Government Relations à laquelle nous avons participé l’automne dernier à Washington parlaient de l’importance de démontrer l’impact des affaires publique en termes financiers.

 

Démontrer le rendement du capital investi

Bien que l’art de quantifier les impacts financiers des affaires publiques soit toujours dans ses débuts, de plus en plus d’entreprises peuvent maintenant démontrer avec succès la valeur des affaires publiques en dollars et cents. Maintenant, lorsqu’un changement réglementaire est proposé à n’importe que niveau de gouvernement, ces équipes peuvent répondre aux questions suivantes :

  • Quels seraient les coûts (ou économies) totaux?
  • Quand le changement sera-t-il en vigueur et quels seraient les délais avant que nous n’en sentions l’impact?
  • Quel serait l’impact sur nos compétiteurs?
  • Quels seraient les coûts (ou économies) pour l’industrie au complet?
  • Quelles mesures avons-nous mis en place pour assurer de faire des économies et éviter des coûts supplémentaires?
  • Est-ce que nous avons les ressources nécessaires pour faire une différence?

 

Afin de répondre de façon efficace à ces questions, les équipes d’affaires publiques doivent avoir la capacité de quantifier l’impact des politiques d’ordre public. Ce qui nécessite évidemment de travailler en étroite collaboration avec le service des finances et les autres unités d’affaires, en plus d’avoir un processus clair pour évaluer les frais des réglementations proposées. Mais d’abord et avant tout, il faut avoir accès aux bonnes données brutes. Sans un outil standard pour centraliser, gérer et faire le suivi des enjeux pour les rapports publics sur le lobbying et les relations gouvernementales, de tels exercices d’évaluation des coûts sont extrêmement difficiles.

 

Un bonne pratique en émergence

Bien que la quantification des affaires publiques soit encore un concept assez jeune, elle est en train de rapidement devenir une bonne pratique – et avec raison. Heureusement, les outils nécessaires pour en faire un processus réalisable existent déjà et sont utilisés par des entreprises à travers le monde, avec des résultats positifs.

 

Gardez en tête que, comme toutes les bonnes pratiques émergentes, avoir une ligne directrice aujourd’hui est mieux que d’attendre d’atteindre la perfection demain. Votre capacité à démontrer le rendement du capital investi s’améliorera à chaque année. Durant ce temps, votre capacité à répondre à des questions telles que celles citées ci-dessus – et la possibilité d’utiliser cette analyse pour guider la gestion des priorités et le développement de stratégies – rendra votre fonction d’affaires publiques d’une valeur beaucoup plus grande pour votre organisation.

 

Avoir en votre possession des nombres bien documentés sera aussi utile lorsque viendra le temps de justifier le besoin d’avoir plus de ressources pour soutenir les programmes populaires et de mobilisation, en plus d’offrir un argument économique de taille pour ou contre les changements réglementaires proposés.

 

Notre équipe compte des années d’expérience à aider les équipes d’affaires publiques pour une transition sans accroc vers un processus structuré pour régir les affaires publiques. Planifiez une démonstration personnalisée pour voir à quel point vous pourriez apporter – et démontrer – encore plus de valeur à votre organisation.

Dans un prochain article, nous évaluerons quelques-unes des étapes spécifiques nécessaires pour mesurer l’impact financier des affaires publiques.

À propos de Patrick Grégoire
While working on a major pipeline in 1998 Patrick had the creative epiphany which led to the establishment of Boréalis. Companies were just starting to consider community and social risk as part of the execution of their projects - and the implementation of international social impact programs was still in its nascent stage. Six years later, Boréalis was born and rapidly grew into a leader in the Social Performance marketplace. Implementation of the Boréalis solution with global players in the natural resources arena validated Patrick's vision for success. For the past two decades, he has continued his leadership role in major infrastructure initiatives around the world - including pipelines, transmission lines, hydro-power, mines, oil fields, wind power, roads, port, and railway projects.

Discussion