Juste à temps pour le congrès International du PDAC, Deloitte a publié son édition 2018 du rapport Suivre les tendances : Les 10 problématiques qui vont toucher l’industrie minière dans la prochaine année. Pour le 10ème anniversaire du rapport, les professionnels du secteur des mines de Deloitte partagent leur expérience afin d’aider à identifier les stratégies gagnantes pour les compagnies minières.

Deux chapitres nous ont particulièrement intéressés : L’image du secteur minier et Transformer les relations avec les parties prenantes.

L’engagement avec les parties prenantes et les enjeux de réputation sociale sont encore des préoccupations majeures.

De façon générale, les organisations minières comprennent que non seulement les perceptions négatives peuvent ternir leur réputation et influencer le cours des actions, mais elles peuvent aussi provoquer des protestations et des actes de violence de la part des communautés, entrainant la perte de leur acceptabilité sociale.

En effet, Deloitte fait remarquer que plusieurs compagnies minières ont commencé à adhérer volontairement à des standards de développement durable (Taskforce for Climate-related Financial Disclosure, Global Reporting Initiative et Carbon Disclosure Project).

Cependant, donner à la communauté et poser des gestes pour les bienfaits de l’environnement n’est pas suffisant. Les compagnies minières doivent le faire avec transparence et dans une optique de développement durable.

De plus, malgré plusieurs essais pour retrouver leur acceptabilité sociale, la réputation de l’industrie reste entachée dans plusieurs pays puisque plusieurs citoyens assimilent mines, dommages à l’environnement et impacts négatifs sur les communautés.

Ainsi, les compagnies minières doivent, plus que jamais, tenter de retrouver la confiance des parties prenantes.

Dans ce contexte particulier, voici donc selon Deloitte, quelques faits saillants que l’industrie minière doit retenir pour 2018.

 

La transparence sociale : offrir une image claire de ce que les chiffres veulent vraiment dire

La transparence est maintenant requise pour gagner la confiance. Les organisations minières devraient communiquer concrètement ce qu’elles apportent comme valeur à la société.

En fait, certaines initiatives sociales prises par les compagnies minières dans les dernières années ont échoué à livrer des résultats probants. Elles n’ont pas réussi à démontrer leur valeur et leur durabilité.

Malheureusement, les chiffres bruts ne racontent pas d’histoire convaincante.

Les compagnies doivent offrir des exemples plus concrets expliquant comment leurs investissements et activités se traduisent en résultats sociaux mesurables, comme par exemple, le pourcentage d’embauche locale ou le nombre de travailleurs qui ont retrouvé un emploi avec succès après la fermeture d’une mine.

Au lieu de donner trop d’information, les organisations devraient offrir une image claire de ce que les chiffres veulent vraiment dire.

Elles devraient aussi devenir plus proactives à présenter les impacts qu’elles ont sur les communautés locales et les pays, non seulement en regard de l’embauche ainsi que des investissements en infrastructure, mais aussi par rapport à l’accès amélioré à l’éducation et au développement des programmes de santé.

Plutôt que de faire de la philanthropie monétaire en faisant des dons qui s’arrêtent lorsque la mine ferme, certaines organisations minières ont commencé à donner une partie de leur revenu local à des fondations pour redonner le pouvoir aux membres de la communauté et répartir les fonds selon les besoins réels des locaux.

Cependant, encore une fois, il est essentiel de notifier ces gestes et de démontrer clairement comment ils bénéficient à la communauté.

Adopter des modes d’engagement plus collaboratifs avec les parties prenantes

« S’il y a un domaine dans lequel l’industrie doit à la fois collaborer et innover, c’est la façon dont elle traite les collectivités et les gouvernements. Il est temps pour les compagnies minières de changer d’optique sur la gestion des parties prenantes. Plutôt que de l’aborder comme un coût de conformité, les entreprises doivent déterminer comment produire un impact social concret qui profite aux différents groupes de parties prenantes. »

Andrew Lane, Chef du secteur des mines, Deloitte Africa

Nous pouvons voir de plus en plus de prises de position publiques déterminantes au sujet de la responsabilité sociétale d’entreprise.

Cependant, pour faire passer les stratégies de RSE au niveau supérieur, toutes les organisations devraient comprendre que les gens sont leurs véritables atouts.

Les plus grandes compagnies minières travaillent déjà de pair avec le gouvernement et les communautés locales mais c’est encore inconstant.

Elles devraient rencontrer sur une base régulière les parties prenantes les plus importantes, avant, pendant et après qu’une mine soit opérationnelle. C’est plus qu’une histoire de relations publiques. Cela donne aux compagnies la confiance de pouvoir répondre aux critiques alors qu’elles savent qu’elles respectent les points de vue des communautés locales et en intègrent la teneur dans leur stratégie.

Adopter une approche collaborative est un facteur de succès. Concrètement, cela implique de mettre en place une équipe qui s’engagera à collaborer étroitement avec les parties prenantes, en les motivant et en démarrant les négociations le plus tôt possible.

Deloitte nous prévient que transformer les relations avec les parties prenantes ne sera pas facile.

Si les compagnies minières veulent vraiment changer pour le mieux, elles doivent faire plus que créer des cartographies des divers marchés concernés par leurs activités afin d’identifier les preneurs de décision et les détracteurs potentiels.

Elles doivent aussi faire comprendre la valeur partagée avec les communautés et gouvernements locaux. Cela veut dire aller plus loin que les actions unidirectionnelles qu’adoptent généralement les compagnies (comme par exemple les dons, la philanthropie, les embauches préférentielles et la conformité légale) pour adopter une approche plus collaborative d’engagement.

 

Mesurer et démontrer le développement durable

Déclarer ses actes en lien avec le développement durable démontre un réel engagement.

Deloitte remarque que les compagnies minières devraient investir dans des outils qui peuvent les aider à faire des rapports de façon constante et avec la même rigueur associée au milieu financier. Le logiciel utilisé pourrait même finir par donner une certaine valeur ajoutée en leur permettant d’orienter leurs décisions stratégiques.

 

Êtes-vous prêt à faire passer votre performance sociale au niveau supérieur? Demandez une démo dès aujourd’hui et apprenez comment Boréalis peut vous aider à mettre en place un processus transparent tout en contribuant aux bienfaits des communautés locales.

À propos de Patrick Grégoire
While working on a major pipeline in 1998 Patrick had the creative epiphany which led to the establishment of Boréalis. Companies were just starting to consider community and social risk as part of the execution of their projects - and the implementation of international social impact programs was still in its nascent stage. Six years later, Boréalis was born and rapidly grew into a leader in the Social Performance marketplace. Implementation of the Boréalis solution with global players in the natural resources arena validated Patrick's vision for success. For the past two decades, he has continued his leadership role in major infrastructure initiatives around the world - including pipelines, transmission lines, hydro-power, mines, oil fields, wind power, roads, port, and railway projects.

Discussion