S'ENGAGER​

tôt et de manière significative​

Comment le projet Sulawesi de Rio Tinto a changé la responsabilité sociale des entreprises dans le secteur minier.

Défis

Opérer dans un contexte multiethnique où il est difficile d’identifier les groups locaux vu les importants niveaux de migration dans la région, accès difficile au site isolé en plus d’infrastructures précaires, identification des besoins de la majorité silencieuse vs l’élite bruyante

Le projet

Lorsque Rio Tinto a découvert les ressources en 2000, celle-ci a estimé que ce site avait le potentiel de devenir l’une des plus importantes mines de nickel au monde. Le projet Sulawesi était particulier : aucun autre projet n’a amorcé son évaluation sociale aussi tôt. Afin de comprendre les éléments clés aux niveaux social, environnemental et économique, les chercheurs en sciences sociales ont entamé leur travail au sein des communautés en 2009, bien avant le début de l’exploration.

Les minières étaient mal perçues par les communautés de la région puisque d’autres sociétés y avaient exercé de mauvaises pratiques d’accès au territoire. Les membres des communautés considéraient ainsi la Responsabilité sociale d’entreprise et la compensation comme similaires à des

paiements en argent car c’était pratique commune à cet endroit. À l’aide de l’application Boréalis PT. Sulawesi Cahaya Mineral a mis en place une stratégie fructueuse d’engagement avec la communauté. La société a bâti une relation solide avec les communautés et les résultats positifs du travail d’enquête est encore perceptible aujourd’hui.

” Au cours des vingt dernières années, la consultation et divulgation dans l’industrie extractive est passée d’un moyen à court terme pour répondre aux exigences règlementaires et de bailleurs de fonds à la mise en place de relations long terme et stratégiques. La gestion des parties prenantes en continu produit de vastes quantités d’information très importante dans la tête des membres des équipes de relations gouvernementales, relations avec les communautés et de gestion des sous contractants. L’application Boréalis nous aide à rendre ces connaissances accessible à la compagnie via la création de liens entre les gens, départements, endroits, rencontres et plus. Ceci nous permet de documenter, analyser et communiquer les complexités d’une gestion des parties prenantes en continu. ” ​

Dr Stephan Lorenzen - Corporate Compliance Coordinator for the Sulawesi Nickel Project

Solution

Utiliser l’application Boréalis comme base de données centralisée pour tous les engagements avec les communautés, les données de référence sociales et autres éléments clés. Toute l’équipe de gestion a été formée pour utiliser l’application, incluse dans la prise de décision et consciente des situations au sein des communautés en tout temps.

Réserves estimées à​

162 méga-tonnes de nickel (1,6%)​

Concession d’exploration originale de​

44,067 hectares​

Projet en terrain vierge :​

les stratégies de données référentielles et de relations avec les communautés

ont été établies avant l’exploration ​

Coentreprise

entre Rio Tinto et Sherritt International ​

Les enquêtes de base socioéconomiques et culturelles ont débuté en mars​

2009

l’exploration a débuté en décembre 2011​

Résultats​

  • Aucune plainte pour le projet de 2009 à 2014
  • Processus de recherche de solutions inclusive de la compagnie et des communautés (incluant les gestionnaires)
  • Meilleure affectation des ressources
  • Identifications des gens influents et des zones de risque
  • Formalisation des engagements avec les communautés (mémoire institutionnelle)
  • Conformité à des standards internationaux (IFC)

Contexte multiethnique dans une région avec beaucoup de migration et de changements de pouvoir ​

La région où se trouvent les ressources est particulière : des raisons économiques et politiques expliquent un historique de migration dynamique au cours des derniers cent ans, d’où la difficulté à définir quelles personnes sont considérées locales. Il y a d’ailleurs de la tension et de la jalousie entre les groupes, le résultat de mauvaises pratiques de règlement exercées par des projets miniers antérieurs.

Identifier les gens avec de l’influence, les minorités bruyantes et majorités silencieuses​

Les communautés locales sont toujours hétérogènes et politiques. Identifier et comprendre les différents intérêts et influences vis-à-vis du projet est crucial. Les agents de relations avec les communautés ont reçu une formation pour leur permettre se concentrer sur les communautés en tant que tout afin d’éviter de ne s’intéresser qu‘à l’élite. Qui démontre beaucoup d’intérêt mais n’a pas d’influence – groupes marginaux? Qui a le pouvoir politique vs qui a le pouvoir économique? Comment se structurent ces relations de pouvoir?

Formaliser les engagements avec les communautés​

Les communautés locales sont hyper dynamiques et ont peu de régulations ou ententes formelles. Ceci représente un défi pour les entreprises, qui doivent prédire et gérer les risques liés au projet. Il n’y a pas de contrats et la majorité des arrangements sont oraux. Les sociétés sont tout le contraire : leurs opérations nécessitent la gestion du risque en augmentant la prédiction. Les agents sociaux se trouvent souvent dans une situation où ils doivent traduire des ententes informelles en ententes formelles, le tout sans surengagement. Les registres pour rencontres formelles et informelles du module de Gestion des parties prenantes de Boréalis grandement aidé à ce processus.

Boréalis: La solution​

L’engagement avec les communautés faisait partie des enquêtes socioéconomiques et culturelles et a débuté un an avant l’exploration, un important avantage du projet Sulawesi.

L’information à propos de toutes les activités d’engagement était bien documentée et facile à trouver dans les modules de Gestion des parties prenantes et d’Études d’impact social de Boréalis. La mise en place de bonnes pratiques RSE aussi tôt a permis à SCM d’être conforme aux standards de performance de l’IFC et de bâtir des relations solides auprès des communautés locales. Le résultat :l’acceptabilité sociale du projet. Les gestionnaires avaient accès à de l’information qui n’est normalement accessible qu’au personnel de terrain. Des communications bonifiées entre les équipes ont servi de ‘système d’alerte rapide’ pour les problématiques entre la société et les communautés. La recherche de solution participative est ainsi devenue une approche tproactive.

Des opportunités d’emploi équitables​

La communauté locale avait de grandes attentes d’opportunité d’emploi et il y avait une crainte anticipée d’immigration opportuniste.
L’équipe terrain a travaillé en étroite collaboration avec les communautés pour identifier divers critères (règlementaire, géographique, lien de parenté et temporel) qui définissent quelles personnes sont considérées locales, selon les communautés locales. Les gens dont le profil correspondait à la description (validées par des comités de village et de sous-district élus de façon démocratique) étaient donc enregistrés au bassin de locaux dans le module de Gestion des parties prenantes.

L’application de Boréalis a permis à la compagnie de répartir équitablement l’emploi local entre les neuf villages de la région. Dès le début de l’exploration, SCM comptait un niveau de main d’œuvre locale de 75% pour les employés de la compagnie et les contractants. Les statistiques d’emploi (poste, département, etc.) étaient transparentes et surveillées par les comités de village et sous-district.

Aucune plainte à ce jour​

Le système de plaintes a été mis en place de façon participative, avec des rencontres informelles hebdomadaires et des rencontres formelles mensuelles en continu. Ceci a permis au système de s’adapter au mécanisme local de gestion des plaintes. Un mécanisme d’enquête a d’abord été introduit pour enregistrer les plaintes éventuelles le plus tôt possible et pour trouver des solutions productives avant d’avoir à les monter. Toutes les demandes ont été documentées et traitées à l’aide de l’application Boréalis et la performance mensuelle sur la résolution des demandes était communiquée à la haute direction.

Développement communautaire sur mesure​

L’évaluation des villages a permis aux agents sociaux de mieux comprendre les dynamiques des villages.

Les données référentielles socio-environnementales représentent un élément fondamental aux projets de développement communautaire de la région et l’information recueillie a été utilisée pour adapter les projets selon les besoins et le potentiel de chaque village. Tous les projets de développement communautaire étaient participatifs de la planification à la mise en œuvre, et ce pour des projets diversifiés comme la récolte forestière, l’élevage animal, et la culture de poivron ou coco. L’application a permis d’assurer l’uniformité des données et a rendu la production de rapports plus simple avec un accès central à l’information pour tous les membres de l’équipe. Les efforts de l’équipe ont assuré l’acceptabilité sociale du projet.

Une prise de décision meilleure et consolidée ​

L’application Boréalis est devenu l’outil de communication principal du projet et était utilisé autant par l’équipe terrain que l’équipe de gestion. À travers leur relation étroite avec les communautés, les agents sociaux (qui passaient 80% de leur temps sur le terrain) avaient toujours le doigt sur le pouls des communautés. Ils recherchaient des solutions concernant les communautés à tous les niveaux. Comme les tâches étaient assignées aux divers membres de l’équipe, incluant géologues et ingénieurs, tous les employés étaient responsables de leurs actions. À l’aide de l’application Boréalis ils documentaient et communiquaient les activités d’engagement des différents départements, incluant l’amélioration continue des activités.