Pourquoi la gestion des parties prenantes est encore plus importante en temps de crise