ISO 26000 : 7 questions centrales en matière de responsabilité sociale des entreprises : Où vous situez-vous?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La norme ISO 26000 incite à faire preuve de responsabilité sociale

Ce ne sont pas toutes les organisations qui reconnaissent l’importance de la responsabilité sociale des entreprises. Divers facteurs, comme le type d’industrie, l’emplacement géographique et la réglementation gouvernementale peuvent influer sur la motivation des organisations à agir comme il se doit. Afin de contrer cette problématique, l’Organisation internationale de normalisation a créé la norme ISO 26000 qui vise à aiguiller les organisations vers une meilleure responsabilité sociale.
Dans ce billet, je répondrai aux questions suivantes :

  • Quelles sont les notions de base de la responsabilité sociale des entreprises?
  • En quoi consiste la norme ISO 26000?
  • De quelle manière la norme ISO 26000 diffère-elle des autres normes ISO
  • Quels sont les objectifs de la norme ISO 26000?
  • De quelle manière la norme ISO 26000 peut-elle aider les organisations à améliorer leur responsabilité sociale?
  • Quels sont les 7 principes clés de la norme ISO 26000?
  • Quelles sont les 7 questions centrales de la norme ISO 26000?
  • Comment instaurer la norme ISO 26000?
  • Comment rendre compte de la responsabilité sociale?

Quelles sont les notions de base de la responsabilité sociale des entreprises?

La question de la responsabilité sociale des entreprises est vaste. Elle couvre en fait presque tout ce qu’une organisation fait pour promouvoir le développement durable et veiller à ce que ses actions ne soient pas destructrices.

La responsabilité sociale incite à l’imputabilité et au civisme organisationnel. Cela comprend l’adoption de pratiques d’affaires raisonnables qui visent à soutenir – plutôt qu’à détruire – le fragile équilibre entre les humains, la planète et les profits corporatifs, ce qu’on appelle fréquemment le triple bilan. Bref, les organisations doivent tenir compte de leur incidence sur la société et l’environnement afin d’assurer leur viabilité économique à long terme. Une des façons d’y arriver est de se conformer aux normes de développement durable énoncées dans le cadre de la norme ISO 26000.

Pourquoi la responsabilité sociale des entreprises est-elle importante?

Selon le rapport Holmes publié en 2016 :

  • 75 % des consommateurs sont susceptibles de prendre action contre les organisations qui se comportent de manière irresponsable, ce qui peut aller d’un simple commentaire sur les médias sociaux à l’instauration d’un boycott contre l’organisation.
  • Les compagnies perçues comme ayant un comportement irresponsable risquent de perdre jusqu’à 39 % de leur clientèle potentielle. En effet, un consommateur sur quatre dira à sa famille et à ses amis d’éviter les organisations dont il juge le comportement irresponsable.
  • 83 % des investisseurs professionnels indiquent qu’ils sont plus susceptibles d’investir dans des organisations connues pour leurs initiatives de responsabilité sociale. De telles organisations tendent à se montrer plus transparentes et plus honnêtes dans l’ensemble, ce qui signifie qu’elles représentent un investissement à plus faible risque.
  • Seulement 41 % des consommateurs américains croient que les organisations américaines, prises dans leur ensemble, sont des organisations socialement responsables.

Le point ci-dessus mérite d’être examiné plus avant. En effet, si les consommateurs perçoivent le comportement des organisations comme étant irresponsable, ces dernières doivent faire plus afin de démontrer, de manière proactive, leur performance environnementale et sociale. Elles doivent aussi prouver que leurs efforts vont au-delà des mots et qu’ils se soldent par des effets concrets et positifs.

Le fait que les organisations doivent se comporter en bon citoyens corporatifs a pris de l’importance au fil du temps :

  • Lancée en 2017, l’initiative d’investissement Climate Action 100+, qui a pour but de s’assurer que les plus grands émetteurs corporatifs de gaz à effet de serre du monde posent les gestes nécessaires pour rectifier leur impact sur les changements climatiques, a immédiatement attiré l’attention internationale. Plus de 545 investisseurs chargés de la gestion d’actifs d’une valeur de plus de 52 billions de dollars se sont inscrits à cette initiative depuis sa mise en œuvre.
  • En janvier 2020, le géant des fonds de placements privés BlackRock a annoncé qu’il éviterait dorénavant d’investir dans des organisations jugées à risque élevé en matière de développement durable.

Quels sont les effets directs de la responsabilité sociale?

La perception positive ou négative en matière de responsabilité sociale de l’organisation peut avoir une incidence sur sa capacité à :

  • Établir ou à maintenir ses avantages concurrentiels
  • Protéger sa réputation/son image de marque
  • Attirer et à retenir ses salariés, ses membres, ses clients ou ses utilisateurs
  • Maintenir la loyauté et l’engagement de ses employés de même que leur productivité
  • Attirer des investisseurs, des propriétaires, des donateurs, des commanditaires ainsi que la communauté financière
  • Instaurer des relations productives avec les gouvernements, les médias, les fournisseurs, les pairs, les clients et les communautés locales

Apprenez comment le logiciel de gestion des parties prenantes Boréalis peut vous aider à améliorer votre reddition de comptes en matière de responsabilité sociale de même que l’ensemble de vos activités de gestion des parties prenantes.

En quoi consiste la norme ISO 26000?

iso26000

La norme ISO 26000 est une norme internationale qui a été établie afin d’aider les organisations à évaluer et à prendre charge de leur responsabilité sociale. La version la plus récente de la norme, ISO 26000:2010, a été revue et confirmée en 2017.

Plus de 80 pays ont depuis adopté la norme ISO 26000:2010 à titre de norme nationale. Parmi ces pays, on retrouve les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Allemagne, la France ainsi qu’un grand nombre de pays en voie de développement. Des milliers d’entreprises et d’organisations partout dans le monde ont instauré cette norme, y compris des marques internationales comme Coca Cola et Starbucks.

De quelle manière la norme ISO 26000 diffère-elle des autres normes ISO?

1. La norme ISO 26000 est d’application volontaire.

Contrairement aux autres normes ISO, la norme ISO 26000 n’a pas été conçue à des fins de certification ou de réglementation. Puisqu’elle ne comporte aucune exigence, cette norme ne peut pas servir à étayer les processus de vérification, de conformité et autres déclarations réglementaires. Elle a en fait pour but de fournir des recommandations visant à aider les organisations à améliorer divers aspects de leur responsabilité sociale organisationnelle. Bref, elle encourage les entreprises à aller au-delà du respect de la loi afin de contribuer au développement durable.

2. La norme ISO 26000 s’applique à TOUT type d’organisation.

La norme ISO 26000 a été conçue pour aider tous les types d’organisations du secteur public, privé et sans but lucratif. Les questions centrales de cette norme traitent de problématiques qui touchent toutes les organisations, quelle que soit leur taille ou leur localisation et s’appliquent à n’importe quel type d’industrie, qu’il s’agisse d’énergie, de transport, de fabrication, de vente au détail ou d’alimentation. Les adopteurs précoces de cette norme ont généralement été des multinationales, mais la norme ISO 26000 est suffisamment flexible pour pouvoir être utilisée par d’autres types d’organisations comme les hôpitaux, les écoles et les organismes sans but lucratif.

3. La norme ISO 26000 est fondée sur le consensus.

La norme ISO 26000 a été élaborée dans le cadre d’une série de rencontres et de processus consultatifs tenus entre 2005 et 2010. Quelque cinq cents délégués qui représentaient six grands groupes de parties prenantes ont pris part à l’ensemble du processus. Les représentants étaient issus des sphères de l’industrie, du gouvernement, des ONG (organisations non gouvernementales), du travail, de la consommation et des SSRA (services, soutien, recherche et autres – principalement des universitaires et des consultants).

Parmi les divers groupes et comités, on retrouvait des représentants des pays dits « développés » et « en développement » de manière à obtenir des perspectives économiques et culturelles diversifiées. La version finale de cette norme est le fruit d’abondantes délibérations et négociations qui ont permis de s’assurer qu’elle correspondait pleinement aux objectifs et aux préoccupations de l’ensemble des groupes de parties prenantes et qu’elle pourrait s’appliquer à tous les types d’organisations, partout dans le monde.

Quels sont les objectifs de la norme ISO 26000?

L’objectif principal de la norme ISO 26000 est de favoriser le développement durable en incitant les organisations à se comporter de manière socialement responsable, même s’il est clair que ce concept laisse encore et toujours place à la réévaluation.

La norme ISO 26000 tente en fait d’établir un juste milieu acceptable entre un cadre législatif envahissant et une absence totale de cadre législatif. Elle invite les organisations à se tenir elles-mêmes imputables de leurs actions, sans pour autant restreindre leur capacité de fonctionnement. Ce cadre flexible est particulièrement intéressant pour les entreprises qui doivent faire preuve de responsabilité corporative en vue d’obtenir un permis social d’exploitation même si leur mission ne met pas nécessairement l’accent sur le développement durable.

De quelle manière la norme ISO 26000 peut-elle aider les organisations à améliorer leur responsabilité sociale?

La norme ISO 26000 offre aux organisations et aux entreprises des orientations concrètes qui visent à :

  • Mieux tenir compte de la diversité culturelle, sociétale, environnementale, légale et économique dans la gestion de leur responsabilité sociale d’entreprise
  • Instaurer les principes de la responsabilité sociale d’entreprise
  • Identifier les parties prenantes et communiquer avec elles pour assurer une meilleure reddition de compte
  • Prioriser la performance de l’entreprise, y compris l’application des principes de l’amélioration continue
  • Améliorer la satisfaction des clients et des parties prenantes
  • Mettre en œuvre et à enrichir les normes ISO, la réglementation gouvernementale et les conventions internationales existantes
  • Attirer l’attention du public vis-à-vis des initiatives de responsabilité sociale de l’entreprise

Quels sont les 7 principes clés de la norme ISO 26000?

La norme ISO 26000 fait état de sept principes clés qui sont considérés comme étant à la base des comportements socialement responsables :

  1. Imputabilité
  2. Transparence
  3. Comportement éthique
  4. Respect des intérêts des parties prenantes
  5. Respect de la loi
  6. Respect des normes internationales de comportement sociétal
  7. Respect des droits de la personne

La norme ISO 26000 fait aussi état de sept questions centrales qui englobent diverses problématiques à traiter.

Quelles sont les 7 questions centrales de la norme ISO 26000?

  1. Gouvernance de l’organisation
  2. Droits de la personne
  3. Relations et conditions de travail
  4. Environnement
  5. Loyauté des pratiques
  6. Questions relatives aux consommateurs
  7. Communautés et développement local

Voyez comment un programme de gouvernance sociale et environnementale bien structuré aide un producteur d’huile de palme congolais à améliorer sa rentabilité tout en lui conservant la confiance des parties prenantes.

1. Gouvernance organisationnelle

La norme ISO 26000 encourage les organisations à tenir compte de l’imputabilité, de la transparence et de l’éthique dans le cadre de leurs processus décisionnels et de leurs pratiques de gouvernance. Ceci inclut notamment tous les processus formels et informels de même que les normes et les valeurs de l’organisation. Cette norme ISO offre un cadre pour aider les entreprises à établir des processus, des systèmes et divers autres mécanismes d’imputabilité.

2. Droits de la personne

Les droits de la personne font partie de ces droits universels qui sont l’apanage de tout être humain, peu importe sa race, son sexe, sa langue, sa religion, son pays d’origine, etc. Ces droits sont basés sur le principe du respect de la personne et visent à protéger des abus, de la discrimination et de l’exploitation.

La norme ISO 26000 incite les entreprises à soutenir les droits de la personne, notamment grâce aux actions suivantes :

  • Permettre la libre organisation et les négociations collectives
  • Fournir des occasions d’emploi égales
  • Prévenir toute forme de discrimination
  • Régler les conflits
  • Chercher des moyens de prévenir ou de contrer les pratiques allant à l’encontre des droits de la personne, y compris le travail des enfants
External-training

3. Relations et conditions de travail

Les pratiques d’emploi de l’organisation doivent refléter ses politiques. Cela s’applique non seulement aux employés de l’organisation, mais aussi à tout travail effectué en son nom, comme les activités de sous-traitance, par exemple. Les pratiques d’emploi responsables doivent inclure :

  • Liens d’emploi et contractuels
  • Conditions de travail et protection sociale
  • Dialogue social
  • Santé et sécurité au travail
  • Développement des ressources humaines et formation en milieu de travail

4. Environnement

Peu importe où l’organisation se trouve, ses activités auront une incidence sur l’environnement, que ce soit en ce qui trait à l’utilisation des ressources disponibles, à la production de pollution ou de matières résiduelles, ou encore aux dommages infligés aux habitats naturels.

La norme ISO 26000 encourage les organisations à minimiser leur impact environnemental et à faire un usage durable des ressources disponibles. La norme prône une approche holistique qui tient compte des effets socio‑économiques et environnementaux de même que des conséquences sanitaires des activités corporatives.

Les organisations sont entre autres priées d’adopter des initiatives qui visent à:

  • Prévenir la pollution
  • Préconiser une approche durable en matière de ressources
  • Contrer et à s’adapter aux changements climatiques
  • Protéger l’environnement et la biodiversité, et à restaurer les habitats naturels

5. Loyauté des pratiques

La loyauté des pratiques désigne la façon dont l’organisation interagit avec les autres. La norme ISO 26000 incite les organisations à transiger de manière éthique avec ses clients, partenaires, fournisseurs, contracteurs, concurrents et agences gouvernementales afin d’entretenir les liens d’affaires harmonieux.

Les pratiques d’affaires loyales incluent les mesures suivantes :

  • Prévenir la corruption
  • Établir des politiques responsables
  • Adopter des pratiques de concurrence loyale
  • Promouvoir la responsabilité sociale dans la chaîne des valeurs
  • Respecter les droits de propriété

6. Questions relatives aux consommateurs

Les organisations qui offrent des produits et des services ont certaines responsabilités vis-à-vis des consommateurs. La norme ISO 26000 encourage les entreprises à adopter des pratiques de développement social à la fois équitables et durables, notamment :

  • Assurer des pratiques commerciales équitables
  • Assurer la protection de la santé et de la sécurité
  • Promouvoir une consommation durable
  • Veiller à l’éducation des consommateurs
  • Travailler à la résolution des conflits
  • Assurer la protection des données et de la vie privée
  • Instaurer un politique d’utilisation équitable
  • Veiller à ce que les produits et services essentiels soient disponibles pour tous, y compris les populations vulnérables ou désavantagées

7. Communautés et développement local

Toutes les organisations ont une incidence sur les communautés où elles s’installent et leur participation active à ces dernières peut grandement favoriser leur bien-être. La participation et le développement communautaire peuvent notamment contribuer à bâtir une société plus durable.

La norme ISO 26000 incite les organisations à :

  • S’engager activement dans la communauté
  • Soutenir les institutions civiles
  • Promouvoir l’éducation et la culture
  • Créer de l’emploi et à favoriser le développement des compétences
  • Développer la technologie et à favoriser l’accès à cette dernière
  • Créer des revenus et de la richesse
  • Promouvoir la santé
  • Investir socialement

Comment se familiariser avec la norme ISO 26000

Vous pouvez faire l’achat d’exemplaires imprimés et de fichiers PDF de la norme ISO 26000:2010, c’est-à-dire la version actuelle de cette norme, sur le site Web ISO au iso.org/standard/42546.html.

Reddition de compte en matière de responsabilité sociale

La façon dont les consommateurs, les investisseurs et les autres parties prenantes clés perçoivent comment l’organisation régit sa responsabilité sociale influe souvent sur leur comportement. L’organisation doit donc prendre les mesures nécessaires pour bien gérer ces perceptions.

Dans un autre bulletin, j’ai parlé de l’importance de la reddition de compte en matière de développement durable, qui comprend la responsabilité sociale des entreprises. Dans cet article, j’indiquais que la plupart des organisations n’arrivent pas à rendre compte de leurs activités de responsabilité sociale de manière crédible, et ce même lorsqu’elles disposent d’un service dédié à cet effet.

Puisqu’une mauvaise reddition de compte est souvent liée à un manque de données de qualité, la solution réside dans l’instauration d’un système de gestion de la performance sociale et environnementale. Ce type d’outil adapté peut aider l’organisation à obtenir des données standardisées de manière fiable et en toute transparence. Ces précieuses données sont ensuite stockées de manière centralisée afin de les rendre accessibles à quiconque possède les droits d’accès appropriés.

Les systèmes plus sophistiqués comme le logiciel de gestion des parties prenantes Boréalis en font encore plus. Ils offrent en effet de puissantes fonctionnalités d’analyse et de production de rapports qui permettent de tirer le meilleur parti possible des données disponibles et de les convertir en rapports taillés sur mesure aux besoins des parties prenantes.

Améliorer la responsabilité sociale des entreprises

Sachez que les organisations peuvent effectuer d’importantes avancées en matière de responsabilité sociale sans instaurer la norme ISO 2600. Il leur suffit en effet d’examiner comment elles peuvent intégrer des initiatives de responsabilité sociale dans leurs politiques, structures et systèmes existants.

Les 7 étapes suivantes constituent une feuille de route sommaire d’intégration de la responsabilité sociale au sein d’une organisation :

1. Tenez compte de l’ADN de l’organisation

Déterminez en quoi consiste la nature fondamentale de votre organisation, notamment sa mission, ses valeurs, ses principes, son code of conduite, ses parties prenantes internes et externes, sa chaîne de valeur, etc.

2. Déterminez l’approche d’affaire actuelle de l’organisation

Évaluez de quelle manière l’organisation gère actuellement la question de l’imputabilité. Évaluez la pertinence des diverses questions de responsabilité sociale et leur incidence possible sur l’organisation. Établissez un ordre de priorité en fonction de vos ressources, exigences et objectifs actuels.

3. Instaurez des pratiques de base afin d’intégrer la responsabilité sociale à l’ensemble de l’organisation

Explorez les occasions de sensibilisation et de développement des compétences vis-à-vis de la responsabilité sociale. Déterminez quelles sont les mesures que l’organisation doit prendre pour intégrer la responsabilité sociale à sa gouvernance, à ses systèmes et à ses procédures.

4. Faites connaître vos efforts de responsabilité sociale

Déterminez quel est l’objectif stratégique de faire connaître vos efforts de responsabilité sociale et quelles formes de communication utiliser. Assurez-vous que l’information que vous communiquez est exacte, complète, compréhensible, appropriée et opportune.

5. Améliorez votre crédibilité en matière de responsabilité sociale

Explorez les occasions de gérer plus efficacement les plaintes et les préoccupations des parties prenantes. Déterminez de quelle manière vous pouvez communiquer ces améliorations de manière à bonifier la perception du public à l’égard de la gestion de la responsabilité sociale de l’organisation.

6. Revoyez et améliorez régulièrement vos pratiques en matière de responsabilité sociale

Une fois la responsabilité sociale bien intégrée à vos pratiques et ses effets positifs clairement démontrés, veillez à améliorer votre performance d’ensemble en la matière. Instaurez des processus de surveillance, suivez les progrès accomplis et évaluez les résultats des diverses initiatives. Cherchez à améliorer la collecte et la gestion des données afin de pouvoir tirer le meilleur parti possible de l’information. Les logiciels spécialisés incluent souvent des outils analytiques qui permettent de tirer des conclusions claires qui informeront vos décisions stratégiques.

7. Instaurez des initiatives volontaires de responsabilité sociale

Une fois les pratiques de responsabilité sociale bien en place, vous pourrez efficacement rendre compte de vos efforts et chercher des moyens de transformer cette pratique en un avantage stratégique pour votre organisation.

Cherchez de l’aide auprès des experts

Boréalis aide les organisations du monde entier à améliorer leur performance en matière de responsabilité sociale depuis 2004. Découvrez comment notre vaste expertise et notre puissant logiciel de gestion des parties prenantes peuvent vous aider à transformer la responsabilité sociale en un avantage stratégique pour votre organisation. Parlez à un expert >

Commencez dès aujourd'hui avec la solution logiciel de gestion des parties prenantes Boréalis!