heritage-sites

Sites patrimoniaux: Comment les industries extractives, les transports et les services publics peuvent atténuer les risques

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Les entreprises travaillant dans l’industrie extractive ne sont pas les seules qui se doivent d’apprendre à gérer les sites du patrimoine. Celles œuvrant dans les transports, les services publics et une foule d’autres industries sont également susceptibles de rencontrer un ou plusieurs sites patrimoniaux au cours d’un projet de développement.

Qu'est-ce que le patrimoine mondial et pourquoi est-il important

L’UNESCO désigne les sites du patrimoine mondial comme « des lieux sur Terre qui ont une valeur universelle exceptionnelle pour l’humanité et qui, à ce titre, ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial pour être protégés afin que les générations futures puissent les apprécier et en profiter ».

Les sites du patrimoine sont protégés à des degrés divers dans la plupart des pays par des lois et des conventions nationales et internationales. C’est le cas notamment de la Convention de l’UNESCO concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

Tous les sites du patrimoine ne sont pas des trésors vénérés dans le monde entier, comme les pyramides d’Égypte ou les îles Galapagos en Équateur. Certains peuvent être de petits mais anciens sites funéraires ou même un arbre sacré qui a été utilisé pendant des générations pour tenir des cérémonies spirituelles. D’autres encore peuvent être tombés dans l’oubli au fil des époques, mais conserveront une importance historique, culturelle ou spirituelle significative pour leurs communautés.

Quand sites patrimoniaux et projets fonciers se rencontrent

La rencontre avec un éventuel site patrimonial ne signifie pas nécessairement la fin d’un projet de développement. Grâce à un engagement efficace des parties prenantes, les entreprises peuvent souvent parvenir à un accord avec les communautés concernées dans un délai raisonnable.

Si un nouveau site patrimonial est découvert au cours d’un projet de développement, il incombe à l’entreprise de le cartographier et de le documenter correctement. Ce document doit également indiquer le type d’impact que le projet a eu ou pourrait avoir sur le site, ainsi que toute mesure spéciale qui a été prise, comme la tenue d’une cérémonie, le versement d’une indemnité, etc. Ces informations deviendront un important document d’archives qui enrichira la connaissance historique du site.

Il est également important que l’entreprise transmette les informations nécessaires à toutes les parties prenantes externes qui devront s’impliquer pour identifier et protéger le site. Ces parties prenantes peuvent être des anciens de la communauté, des anthropologues, des archéologues, etc.

Toutefois, contrairement aux propriétaires fonciers ou aux résidents, la majorité des sites du patrimoine ne sont pas facilement indemnisables et ne peuvent pas toujours être réparés en cas de dommages. Dans certains cas, cependant, les sites patrimoniaux peuvent être déplacés. 

Lorsque la relocalisation d’un site du patrimoine est possible et qu’elle est considérée comme la meilleure solution, l’entreprise doit généralement suivre un certain nombre d’étapes :

On attend maintenant des entreprises qu’elles fassent cet effort de leur plein gré et de manière proactive. Ce faisant, elles feront preuve de bonne gouvernance, de transparence et de responsabilité. Cela renforcera également l’image de l’entreprise, tant au niveau local que mondial, ainsi que le lien de confiance que l’entreprise a tissé avec des parties prenantes influentes.

Les risques associés à une mauvaise gestion des sites du patrimoine

Les conséquences peuvent être désastreuses pour les organisations qui ne font pas ce qu’il faut lorsque leur projet de développement chevauche un site naturel, culturel ou historique. Comme certaines organisations l’ont appris, ces conséquences peuvent aller bien au-delà de la simple grogne des groupes de parties prenantes, qui s’étendent bien au-delà des communautés locales. Elles peuvent également entraîner une mauvaise presse, une perte de financement et de lourdes amendes. Certains prêteurs financiers, tels que la Société Financière Internationale ont des directives spécifiques sur la protection du patrimoine culturel contre les effets négatifs des activités de projets.

Négliger la gestion saines des sites du patrimoine peut également créer un bilan négatif durable pour l’entreprise et mettre en péril ses affaires publiques et ses relations avec les gouvernements. Une mauvaise gestion ne signifie pas nécessairement une négligence grave ; il peut s’agir simplement d’un manquement à l’obligation d’informer correctement le personnel interne. C’est souvent le cas lorsque les données ne sont ni centralisées ni facilement accessibles à ceux qui doivent être au courant.

Tout manquement à la documentation d’un site augmente la probabilité que tout futur projet de développement proposé soit examiné de plus près par les gouvernements locaux et les groupes communautaires, les prêteurs financiers et les régulateurs internationaux, les groupes environnementaux et culturels – et la communauté internationale dans son ensemble.

En revanche, les organisations qui peuvent démontrer qu’elles font ce qu’il faut – non pas parce qu’elles y ont été contraintes, mais par égard pour les parties prenantes concernées – amélioreront la confiance des parties prenantes. Il est plus facile de faire ce qu’il faut lorsque l’on dispose d’un plan solide d’engagement des parties prenantes et des bons outils.

Consultez notre guide étape par étape pour établir un plan solide de gestion des parties prenantes.

Comment lier les communications des parties prenantes aux sites du patrimoine améliore les connaissances

L’utilisation d’un système adapté, tel que le logiciel de gestion des parties prenantes Boréalis, permet d’éviter des oublis problématiques. Entre autres choses, il :

  • standardise les processus de gestion des sites du patrimoine, améliorant ainsi l’efficacité globale ;
  • centralise toutes les données connexes, en gardant les informations facilement accessibles à tous ceux qui doivent y accéder ;
  • crée un tracé, transparent et vérifiable, servant de registre historique qui perdurera à mesure que les membres de l’équipe, les parties prenantes, les projets et les objectifs commerciaux évolueront dans le temps.

Le module de gestion des territoires dans Boréalis comprend une fonction de site patrimonial qui vous permet de cartographier les sites patrimoniaux existants ou nouvellement découverts et de relier toutes les communications, questions, activités et sentiments des parties prenantes au site. Vous pouvez également relier tous les biens de l’entreprise associés à ce site du patrimoine.

La fonction de site du patrimoine crée un registre de site pour l’enregistrement, la gestion et le rapport de tous les sites du patrimoine revendiqués et confirmés avec une traçabilité complète. Vous pouvez, entre autre, effectuer les opérations suivantes :

  • Définir le statut de chaque site patrimonial revendiqué : Proposé, examiné, vérifié et confirmé.
  • Créer une piste d’audit pour toute modification du statut d’un site : Qui a changé le statut, à quelle date et pour quelle raison.
  • Définir l’état actuel du site : Perturbé, Non valorisé par la communauté, Préservé, Déplacé.
  • Créer un plan de participation pour chaque site.
  • Saisir toutes les coordonnées des parties prenantes liées à chaque site.
  • Lier toutes les communications à chaque site et aux parties prenantes concernées.
  • Lier tous les actifs de l’entreprise.
  • Gérer les exigences de conformité pour le site à l’aide du module Gestion de la réglementation et de la conformité.

Toutes ces informations seront centralisées et accessibles aux utilisateurs disposant de droits d’accès adéquat.

Gestion des sites du patrimoine dans les communautés autochtones

Les populations autochtones sont intrinsèquement liées à la terre, dans laquelle l’histoire de leur peuple est profondément inscrite – parfois depuis des millénaires. Les premières nations du monde entier possèdent des terres ancestrales ainsi que des sites très vénérés qui sont utilisés pour des cérémonies culturelles. Ces sites sont souvent gardés secrets, seules quelques personnes connaissant leur emplacement exact. Dans certains cas, ces lieux peuvent changer au fil du temps.

Les meilleures pratiques plaident toujours en faveur de la protection de la confidentialité des données. Cela est particulièrement vrai pour les sites du patrimoine sacré. Les organisations qui ont connaissance de ces sites au cours de leurs projets de développement doivent prendre un soin particulier pour contribuer à protéger ce secret, qui peut avoir été soigneusement sauvegardé pendant des générations.

Les organisations devront probablement même tenir ces informations confidentielles de la plupart de leur personnel interne, sans pour autant bloquer leur accès aux communications ou engagements importants concernant ces sites.

Grâce à la séparation des données dans le logiciel de gestion des parties prenantes Boréalis, des informations très sensibles peuvent être gardées confidentielles de plusieurs façons :

  • En utilisant des numéros de site au lieu de noms dans le registre des sites et dans la carte SIG
  • En désactivant l’accès aux informations sensibles telles que la période de culte, l’âge du site, la personne ressource locale, etc. pour tous les utilisateurs, à l’exception des quelques personnes sélectionnées qui ont besoin de savoir

Les équipes de relations communautaires doivent également être conscientes de l’importance de s’engager avec les bonnes parties prenantes locales. Les chefs tribaux doivent être consultés pour toutes les questions relatives aux sites patrimoniaux. Les anciens peuvent également être appelés à intervenir, car ils ont une connaissance approfondie de la terre. Ces parties prenantes sauront également si d’autres personnes doivent être consultées, comme des archéologues ou des historiens ayant des connaissances locales spécifiques.

Découvrez comment une société minière canadienne utilise un logiciel de gestion des parties prenantes pour avoir un impact positif sur les communautés touchées et sa licence sociale d'exploitation

Conseils pour la gestion des sites du patrimoine

Peu d’entreprises se réjouissent à l’idée de devoir faire face aux complexités supplémentaires qu’un site patrimonial apporte à leur projet d’extraction ou d’énergie. Cependant, il est beaucoup plus facile de gérer ces sites de manière transparente et responsable lorsque l’on dispose des connaissances et des outils appropriés.

Le logiciel Boréalis est utilisé par des entreprises d’extraction, de transport et de services publics du monde entier pour gérer efficacement toutes leurs activités de participation des parties prenantes, y compris les communications communautaires étendues et les informations hautement sensibles concernant ces sites irremplaçables.

Améliorez votre processus d’acquisition de terres et gérez mieux les projets basés sur les infrastructures et les actifs, y compris les sites patrimoniaux. Parlez à un expert. 

Commencez dès aujourd'hui avec la solution logiciel de gestion des parties prenantes Boréalis!