Qu’est-ce que le capitalisme des parties prenantes et comment mesurer ses paramètres ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Les entreprises peuvent-elles se permettre d’avoir une conscience ? Le nombre croissant de défenseurs du capitalisme participatif et le contexte mondial dans lequel nous nous trouvons semblent indiquer que les entreprises ne peuvent plus se permettre de ne pas en avoir.

Qu'est-ce que le capitalisme des parties prenantes?

Le capitalisme des parties prenantes n’est pas un concept nouveau. Klaus Schwab a écrit à son sujet pour la première fois en 1971, et le concept est même plus ancien que cela :

Dans les années 1950 et 1960, il était tout à fait naturel pour une entreprise et son PDG de considérer non seulement les actionnaires, mais aussi tous ceux qui ont un "intérêt" dans le succès d'une entreprise. C'est là le cœur du capitalisme des parties prenantes : il s'agit d'une forme de capitalisme dans laquelle les entreprises ne se contentent pas d'optimiser les bénéfices à court terme pour les actionnaires, mais cherchent à créer de la valeur à long terme, en tenant compte des besoins de toutes leurs parties prenantes, et de la société en général.

Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial.

Alors, qu’est-ce que le capitalisme actionnarial ? Alors que l’objectif premier du capitalisme actionnarial est de maximiser les profits pour les propriétaires et les investisseurs, le capitalisme actionnarial prend en compte les besoins de toutes les personnes concernées par l’entreprise. Cela inclut les propriétaires et les investisseurs, mais aussi les employés, les clients, les fournisseurs, les communautés, l’environnement et la société dans son ensemble. En bref, il s’agit d’un système qui tient compte des personnes et de la planète en plus du profit.

Type de capitalisme Le capitalisme actionnarial Le capitalisme des parties prenantes
Partie prenante clé Actionnaires de l’entreprise
(propriétaires, investisseurs)
Toutes les parties prenantes sont importantes
(toute personne concernée par l’entreprise)
Caractéristique clé La responsabilité sociale d’une entreprise
entreprise est d’augmenter ses profits
L’objectif de la société est d’accroître le
bien-être des personnes et de la planète
Objectif pour les entreprises La maximisation à court terme
du profit est le bien le plus élevé
Se concentrer sur la création de valeur
la création de valeur à long terme et les mesures ESG.

Pourquoi le capitalisme des parties prenantes est-il dans l'actualité ?

Le changement climatique, la réponse au COVID-19, la montée des inégalités dans le monde… les raisons sont nombreuses pour lesquelles les grandes entreprises sont largement critiquées pour leur recherche acharnée du profit à court terme.

La plupart des fans des grandes entreprises conviendraient que cette focalisation excessive sur la rentabilité, alors que d’innombrables familles luttent pour joindre les deux bouts – en particulier au milieu d’une pandémie mondiale – peut nuire à la réputation d’une entreprise et compromettre sa licence d’exploitation.

Si nous constatons que les entreprises investissent davantage dans des domaines tels que la santé et le bien-être des employés ainsi que la cybersécurité, ces efforts ont principalement été consentis pour assurer la continuité des activités ; ils ne sont pas nécessairement le signe d’un changement durable. Néanmoins, le concept continue de prendre de l’ampleur :

  • En 2019, la Business Roundtable a redéfini sa déclaration sur l’objectif d’une société afin de promouvoir « une économie au service de tous les Américains ». Alex Gorsky, président du conseil d’administration et directeur général de Johnson & Johnson et président du comité de gouvernance d’entreprise de la Business Roundtable, a déclaré : » Cette nouvelle déclaration reflète mieux la façon dont les sociétés peuvent et doivent fonctionner aujourd’hui. Elle affirme le rôle essentiel que les entreprises peuvent jouer dans l’amélioration de notre société lorsque les PDG s’engagent réellement à répondre aux besoins de toutes les parties prenantes. »
  • En 2020, la réunion annuelle du Forum économique mondial de Davos s’est ouverte sur le thème « Les parties prenantes pour un monde cohésif et durable. » Les dirigeants mondiaux ont examiné comment des paramètres communs pour le capitalisme des parties prenantes garantiraient la cohérence des rapports, et comment les divulgations potentielles pourraient créer de la valeur à long terme grâce à une transparence et une responsabilité accrues.
  • En janvier 2022, BlackRock (la plus grande société d’investissement au monde) a publié la lettre annuelle du PDG Larry Fink aux PDG. Il y écrit : « Dans le monde interconnecté d’aujourd’hui, une entreprise doit créer de la valeur pour l’ensemble de ses parties prenantes et être appréciée par celles-ci afin de créer de la valeur à long terme pour ses actionnaires. » Il poursuit en disant : « Le capitalisme des parties prenantes n’a rien à voir avec la politique. Il ne s’agit pas d’un programme social ou idéologique. Ce n’est pas un « réveil ». C’est du capitalisme, animé par des relations mutuellement bénéfiques entre vous et les employés, les clients, les fournisseurs et les communautés sur lesquelles votre entreprise compte pour prospérer. »

L’importance croissante accordée à la durabilité, telle que promue par les objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU pour la gestion des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise (ESG), a également contribué à faire du capitalisme des parties prenantes un sujet d’actualité.

Quels sont les paramètres du capitalisme des parties prenantes ?

Lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial en 2020, 140 des plus grandes entreprises du monde ont soutenu les efforts visant à « développer un ensemble de mesures et de divulgations communes sur les facteurs non financiers » pour leurs investisseurs et autres parties prenantes.

L’initiative the Capitalisme des parties prenantes qui en résulte vise à normaliser et à aligner les cadres ESG existants pour une meilleure comparabilité et cohérence. Les 21 mesures de base et les 34 mesures étendues recommandées sont organisées en quatre piliers qui s’alignent sur les ODD de l’ONU et les domaines ESG : Personnes, Planète, Prospérité, et Principes de gouvernance.

Le reporting et la divulgation deviennent des outils essentiels pour faire face à la crise climatique, ainsi qu’à d’autres problèmes de durabilité. L’ESG est un défi pour tous les secteurs d’activité, et il n’est pas facile de savoir comment adapter ses opérations et ses fonctions commerciales. Des recherches ont montré que des politiques ESG solides rendent une entreprise plus résistante aux défis futurs, il vaut donc la peine de réévaluer ce qui est important pour votre organisation. Comme ces risques continuent de croître, l’élaboration de politiques ESG solides et fondées sur des données peut aider votre organisation à prendre de meilleures décisions et à établir des relations plus solides avec les parties prenantes.

Comment Borealis peut vous aider à mesurer ces paramètres ?

Il est souvent plus facile de définir des paramètres que de mesurer et de quantifier votre réussite à les atteindre. C’est là qu’un outil adapté comme le logiciel d’engagement des parties prenantes de Borealis entre en jeu.

Borealis peut vous aider à surveiller ces paramètres et à recueillir les données dont vous avez besoin pour informer vos stratégies.

Depuis plus de 15 ans, Borealis soutient les entreprises qui s’engagent à entretenir des relations productives et de confiance avec leurs parties prenantes. Le logiciel fournit aux organisations les outils dont elles ont besoin pour gérer les engagements des parties prenantes à l’aide d’une méthodologie structurée et standardisée qui est transparente, traçable et qui les tient responsables.

Les entreprises utilisent le logiciel Borealis pour :

Centraliser les données des parties prenantes : Centralisez facilement vos données à travers de multiples canaux de communication. Toutes les informations sur les parties prenantes et les données d’engagement sont saisies dans une base de données sécurisée qui est toujours disponible, précise et à jour. Borealis garantit que les entreprises ont toujours une vue complète et en temps réel de leur paysage de parties prenantes.

Évaluez les parties prenantes : Identifiez les parties prenantes clés en fonction des critères que vous avez choisis (influence, intérêt, sentiment, ou tout autre point de données pertinent) pour vous engager plus efficacement.

Éliminez les silos : Borealis aide les grandes organisations à partager l’information sur les parties prenantes entre les départements, en s’assurant que l’information est facilement disponible pour les bonnes personnes. Cette vue d’ensemble améliore grandement les résultats de l’engagement.

Créez des plans d’engagement : Établissez des stratégies proactives pour interagir avec les parties prenantes clés et mesurez les résultats de ces engagements.

Simplifiez les activités quotidiennes d’engagement : Accédez à vos données et rapports sur la route ou sur le terrain et suivez rapidement les résultats en déplacement grâce au module complémentaire Borealis Outlook et à l’application mobile.

Quantifiez les efforts : Générez des rapports en temps réel pour évaluer les efforts, les progrès et la conformité, et pour soutenir la prise de décision stratégique.

Une brève histoire du capitalisme des parties prenantes

Le capitalisme des parties prenantes n’est pas un concept nouveau. Dans les années 1950 et 1960, il était courant pour les entreprises de prendre en compte les intérêts de leurs « parties prenantes ». Au fur et à mesure que les entreprises se sont développées, l’équilibre entre des besoins divers et souvent contradictoires a créé une certaine confusion, et il n’existait pas de moyen clair de mesurer les résultats. Les entreprises ont abandonné cette approche au profit de la maximisation de la valeur pour les actionnaires, un objectif plus tangible.

Au fil du temps, ce système axé sur le profit a entraîné une augmentation des inégalités. Les écarts salariaux massifs aux États-Unis en sont un bon exemple : le rapport entre la rémunération des PDG et celle des travailleurs, qui était de 20:1 en 1965, s’est rapproché de 281:1 ces dernières années. Des économistes avant-gardistes comme Klaus Schwab ont encouragé les grandes entreprises à adopter une approche plus équilibrée, en faisant valoir que les entreprises ne peuvent rester en bonne santé que si l’écosystème sur lequel elles reposent est sain.

Il semble assez clair que le système actuel n’est pas en bonne santé, mais comme de plus en plus d’entreprises adoptent les principes du capitalisme participatif, nous avons l’espoir d’un avenir plus équitable.

Sommaire

Les entreprises évoluent désormais dans un monde très différent de celui que nous connaissions il y a seulement quelques années. Les gens tiennent compte des performances en matière de RSE lorsqu’ils investissent, et ils utilisent la technologie et les données pour éclairer ces décisions d’investissement. Les investisseurs utiliseront de plus en plus les paramètres du capitalisme des parties prenantes pour mesurer la « valeur d’investissement » d’une entreprise. Les normes mondiales en matière de RSE et d’ESG continueront d’évoluer et apporteront davantage de clarté.

Borealis soutient les entreprises dans leurs efforts pour répondre aux attentes de leurs parties prenantes, tout en veillant à ce que les entreprises soient honnêtes et responsables. Pour savoir comment Borealis peut vous aider à améliorer vos processus existants, parlez-en à un expert.

Commencez dès aujourd'hui avec la solution logiciel de gestion des parties prenantes Boréalis!